La Peste Noire? La faute aux juifs bien-sûr!

15 septembre 1348: une énième communauté juive est accusée de propager la Peste Noire

 

Les faits:

Ce jour là, des habitants juifs de la ville de Chillon (aujourd’hui en Suisse, près de Lausanne) sont condamnés et exécutés pour avoir prétendument empoisonné les puits et fontaines afin de répandre la Peste Noire, dont la diffusion rapide de l’épidémie terrorisait l’Europe.

Plusieurs centaines de juifs périssent sur le bûcher pour les mêmes raisons à Strasbourg, 14 février 1349.

Plusieurs centaines de juifs périssent sur le bûcher pour les mêmes raisons à Strasbourg, le 14 février 1349.

 

Cette maladie emporta entre 30% et 50% de la population européenne (environ 25 millions de personnes) en l’espace de quelques années, mais toucha proportionnellement moins la communauté juive. L’hygiène observée du fait des prescriptions religieuses pourrait expliquer cette différence de prévalence de la maladie.

 

Représentation de la diffusion de l’épidémie.

 

 

Pourquoi c’est important:

Il ne s’agit pas de la première exécution de juifs pour ce motif, ni de la dernière, mais cet évènement importe par la légitimité alors apportée à la persécution et à l’anéantissement de communautés juives entières.

En effet, face aux émeutes, pillages et massacres plus ou moins spontanés commis par le petit peuple chrétien à l’encontre des juifs, la papauté ainsi que divers grands seigneurs ont tenté d’endiguer le phénomène en rendant nécessaire la tenue de procès.

Le récit de celui ayant eu lieu à Chillon se répandra rapidement, affirmant que le culpabilité des juifs est désormais prouvée. Certes, les détenus ont avoué avoir commis les empoisonnements et conspiré dans le but d’exterminer les chrétiens, mais ils l’ont fait sous la torture. Dans ces conditions, on le sait, les suppliciés avouent tout ce qu’on leur souffle.

Les persécutions, confiscations, emprisonnements, exécutions, expulsions reprennent de plus belle dans toute l’Europe. Certains chrétiens, réellement convaincus du danger que représentent cette minorité, d’autres en profitant pour effacer les dettes contractées auprès des usuriers juifs.

 

Ce qu’on peut en voir:

 

Le château de Chillon est aujourd’hui un haut lieu touristique sur les bords du lac Léman.

 


La Mort Noire, un documentaire en trois parties sur l’épidémie (1348-1351).

 

Pour aller plus loin:

Persécutions des juifs européens au Moyen-Âge

Violences et minorités au Moyen-Âge

Plus d’Anglais à Paris

Le 13 avril 1436, les Anglais sont vaincus à Paris

La reprise de Paris sur les Anglais, Jean-Simon Berthélémy Charles-Claude de Flahaut de la Billarderie d’Angiviller, Musée du Louvre

Les faits:

Le 13 avril 1436, les troupes fidèles à Charles VII, roi de France, prennent Paris aux dépens des Anglais, présents dans la ville depuis 1418. Ils sont sous les ordres du connétable Arthur de Richemont, et sont aidés des bourgeois parisiens qui en ont assez des privations endurées et des excès des soldats et auxiliaires anglais.

Pourquoi c’est important:

Cet événement marque un tournant dans la reconquête du royaume de France par Charles VII et ses affidés, aventure qui s’achèvera en 1453. Là où Jeanne d’Arc avait échoué 7ans plus tôt faute de soutien, les fidèles du roi, aidés des Bourguignons (auxquels ils sont alliés par le traité d’Arras de 1435) s’attellent à « bouter les Anglais hors de France » avec enthousiasme et réussite.

Ce qu’on peut en voir aujourd’hui:

On peut bien sûr s’imaginer en se promenant à Paris les troupes de Bretons parcourant la distance entre la Porte de Saint-Jacques et la Bastille, ou le peuple de Paris lançant depuis leurs fenêtres et les toits des monceaux de pierres et de tuiles sur la soldatesque anglaise, mal à l’aise dans les rues étroites et boueuses de la ville médiévale.
On peut également aller au Musée du Louvre pour contempler le tableau de Jean Simon Barthélémy, datant de 1784 et relatant cet épisode.

Pour aller plus loin:

Chronologie de la guerre dite de Cent Ans
Guide de Paris au Moyen-Âge