Quand le Brésil était (presque) français

10 novembre 1555: La France tente la conquête du Brésil

 

 

Capture d’écran de la série Rouge Brésil.

 

Les faits:

Nicolas Durand de Villegagnon, vice-amiral de Bretagne et chevalier de l’ordre de Malte, commande la flottille de trois vaisseaux qui a pour tâche d’établir une colonie sur le territoire brésilien. Malgré les six-cents hommes qu’elle compte, cette expédition se révèle trop faible pour tenir durablement Fort Coligny, construit avec l’aide des Amérindiens Topinamboux et établir réellement Henriville face aux troupes portugaises. Les attaques de ces-dernières, faisant suite aux nombreuses défections subies (du fait de la malnutrition, du climat difficile, du manque de femmes, de la discipline rigoureuse et du puritanisme) auront raison de la « France Antarctique« .

 Vue du Fort Coligny.

Pourquoi c’est important:

Partie du Havre le 14 août, l’expédition met près de trois mois pour arriver à la baie de Guanabara, où se trouve aujourd’hui Rio de Janeiro. Cette opération visait à soustraire les richesses de cet immense territoire, notamment le bois de brésil, des mains des anciens alliés portugais. Pour ce faire, de Villegagnon avait procédé à des repérages quelques années auparavant et avait noué des alliances avec les Amérindiens locaux, leur promettant de les débarrasser des colons lusitaniens.

 

Une famille de Topinamboux, tribu de polygames anthropophages vivant dans la nudité intégrale. Un choc pour les Européens d’alors!

Cette tentative d’établissement colonial français au Brésil n’est pas anodine. Elle marque la volonté du roi de France d’alors, Henri II, de s’affranchir du traité de Tordesillas qui partageait le Nouveau Monde entre Espagnols et Portugais. C’est la déclaration de guerre à l’Empire de Charles Quint et le retournement d’alliances qui s’ensuivit qui rendit cette aventure possible.

Planisphère de Cantino, 1502, représentant la ligne de partage actée par le traité de Tordesillas.

Il faut également noter que les nations européennes étaient alors en proie aux Guerres de religions, et que le vice-amiral de Bretagne (qui connaissait personnellement Jean Calvin) avait pour charge de fonder une colonie dans laquelle les protestants pourraient pratiquer librement leur religion. La paix religieuse entre catholiques et protestants n’y eut pourtant pas plus de succès que sur le continent européen.

Ce qu’on peut en voir:

L’île de Villegagnon, sur laquelle fut construit Fort Coligny, et qui héberge maintenant l’académie navale brésilienne, se trouve bien évidemment toujours dans la baie de Rio de Janeiro.

 

Rouge-Brésil, une production télévisuelle basée sur le roman du prix Goncourt Jean Christophe Rufin.

Pour aller plus loin:

Rouge Brésil, de Jean Christophe Rufin.

Les singularitez de la France Antarctique, d’André Thévet (récit de voyage d’un membre de l’expédition de Villegagnon).

Explorateurs, de l’Antiquité à nos jours, A. Macleod, P. Parker et E. Rae.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

17 + 15 =